jeudi 27 août 2015

"Clack"…Le petit oiseau va sortir !




Ma mémoire fait défaut et je n’ai pas noté l’année d'achat de mon premier appareil photographique : un Agfa Clack au format 6cm/9cm !
Déjà, pour l’époque, début des années 60, ce matériel faisait envie pour son look et sa performance technologique par rapport à la bonne vieille petite boîte Kodak qu’on tenait sur le ventre en tentant une bonne visée pour éviter les têtes coupées.

Non, cet "Agfa Clack" qui a dû coûter tout le contenu de ma tire-lire, (environ quelques centaines de francs belges), possédait un viseur-oculaire bien clair, et une molette ainsi que la possibilité d'y accrocher un petit flash à ampoule !

Mais les inconvénients furent quand même nombreux :
- comme l’oubli d'avancer le film après chaque photo… pour saisir deux vues sur le même négatif.
- ou ignorer que l’unique vitesse d’obturation (1/30e) ne permettait aucune photo « en mouvement » !
- ou encore l’angoisse dusans éclair flash pour une ampoule défectueuse et cela faisait ricaner : « Elle est ratée ! »

Aujourd’hui, à l’heure des « selfie », les jeunes qui mitraillent de leur smartphone, ne peuvent s’imaginer qu’autrefois, « faire une photo » s’avérait être un événement !
- « Souriez, et pas bouger ! » - « Clic » On était tous dans la boîte.
Et pas question de regarder immédiatement les tronches souriantes ou grimaçantes, il fallait attendre que le négatif soit complètement utilisé pour ensuite le confier au Magasin de photos qui « développerait » les clichés !
Prendre beaucoup de photos ruinait les porte-monnaie : il fallait payer la pellicule, les ampoules flash, le développement du négatif et l’impression des positifs, sans garantie d’une grande satisfaction pour le résultat final !

Aussi, pour éviter ces coûts, il me vint à l’esprit de m’intéresser plus activement à « La Photo ».
J’avais un copain, (qui se prénomme Marc) me vint en aide pour m’expliquer de manière très simple les rudiments de la photo. Bon bricoleur, il s’était fabriqué une petite boîte magique qui lui permettait de fabriquer ses photos lui-même.

Marc me montra tout, m’expliqua tout ! Toute ma passion pour la photo… je la lui dois.
Plus de 50 ans plus tard, je l’en remercie encore !

2 commentaires:

  1. La boîte magique de construction artisanale doit tjrs exister ds son grenier . . . .

    RépondreSupprimer