jeudi 1 décembre 2016

Chaque année, depuis lors… on se souvient !

C'est une histoire entre Lui et moi.
Il faut que je vous la raconte.
"C'était la fois que…"... vilaine expression pour reculer d'une dizaine d'années en arrière, lors du cortège traditionnel !   Au carrefour "anciennement Lysy", le coeur  tout joyeux, je vois arriver le grand St-Nicolas à califourchon sur son canasson, lançant avec une rare précision, ses oranges
aux braves et fidèles citoyens de la cité des Mountches, venus l'acclamer.
Vingt mètres nous séparent, mais la foule est présente partout.  J'hurle comme tout le monde : "Saint Nicolas, Saint-Nicolas !",   en tendant les bras bien haut, prêt à saisir le fruit juteux.
De loin, étonné, il m'aperçoit et avec vigueur, il me la jette tout droit, avec la justesse d'un sportif !
L'agrume orange, lumineux comme un feu de bangale,  s'élève puis retombe vers moi. "Ouais, je l'ai ! ", mais bien maladroit, je le laisser glisser entre les doigts, et…
Pardall… en pleine tronche,  sur mes lunettes qui cassent, et me fracasse presque l'os nasal !
Quelle stupeur autour de moi !  Quelle inquiétude du grand saint qui ne peut descendre de sa monture.
Heureusement, ce fut plus de peur que de mal.  Je lui souris et le rassure d'un hochement de tête.
Il me répond par un haussement d'épaules signifiant : "Désolé !" et il a poursuivi sa route !


2 commentaires:

  1. que voici un récit diaboliquement juste, pour autant que l'on veuille, à la manière de nos voisins du nord, diaboliser notre Nicodème.
    A l'inverse, je le qualifierai de bien tapé ( excuses pour tes lunettes et ton anatomie très riche : un or nasal quel luxe !), tant il respire le vécu et la précision.... mème dans la caricature qui se densifie agréablement au fil de tes exercices...
    Bravo michel

    RépondreSupprimer
  2. NDLR : je viens de corriger… l'os nasal ! Merci, Michel !

    RépondreSupprimer