dimanche 21 mai 2017

Renoncer à Satan, à ses pompes et à ses œuvres.

Cela fait 60 ans que, lors de chaque fête de l' Ascension, je me souviens de ce jour mémorable qui fut celui de ma Communion Solennelle et de ma profession de foi prononcée par  devant Monsieur le Principal Arthur Camerlynck, fondateur du Collège St-Henri de Comines.
Ce fut une fastueuse célébration eucharistique, réglée dans ses récitations et mouvements comme du papier à musique, pour une quarantaine de garçons dont on avait interdit de porter le traditionnel brassard de communiant.  Et encore moins de "robes de communiantes", puisque la mixité n'existait point à l'époque.

Oui, c'est vrai... les  coutumes et les mentalités ont bien changé depuis lors. Garçons et filles pubères sont apparus ensemble à l'église dans un parfum d'encens. Les lourds cierges décorés ont été abandonnés pour approvisionner les bougies de l'autel. Les aubes ont remplacé des "premiers costumes" et les "belles robes en dentelles". Puis les photographes ont envahi les choeurs dans la nervosité des curés. Les silences religieux disparurent pour laisser entendre les brouhahas étouffés des nefs latérales.  Dans mon village, les "communiants solennels" tenaient aussi à "aller à la ducasse" pour, après les convenances familiales,  aller s'amuser follement sur les "scooters".

Aujourd'hui, ces merveilleux souvenirs se font un plaisir de nous revenir à la mémoire. Même si tout ce que je viens d'écrire a presque disparu.
Permettez-moi de vous aider à vous rappeler de vos 6 ou 12 ans.
Peut-être vous reconnaitrez-vous sur l'un de ces déjà très vieux clichés.







1 commentaire:

  1. Je me souviens de ma Communion Solennelle célébrée à Comines, mais je pense qu’on pouvait porter le brassard de communiant dans l’église. Aussi, que durant les mois précédents, on devait aller au catéchisme où l’on nous enseignait certaines vérités du christianisme à apprendre par cœur. Comme par exemple, la fameuse phrase « Je renonce à Satan, à ces pompes et à ses œuvres pour s’attacher au Seigneur. Mais quand on demandait ce que le mot « pompe » signifiait, on répondait : « Se sont les plaisirs et vanités mondaines », mais on n’avait toujours pas très bien compris. Soit, mais en fait, on était là pour faire de nous de parfaits chrétiens, afin de combattre les mécréants. Aussi, que Dieu nous a créé pour l’aimer et le servir. Ceci, pour que, le jour de notre trépas, après les rituels des pompes… funèbres cette fois, on serait accueillis éternellement au paradis en tant que bienheureux. Quant aux autres, ils seraient jetés comme des malpropres dans la fournaise de feu de l’enfer. De quoi attraper la chair de poule au moindre péché même véniel...

    Retlaw

    RépondreSupprimer