mardi 12 septembre 2017

Resteront-elles, les boules ?

Depuis que cette belle équipe du Service Technique a entamé la réfection des trottoirs des centres-ville de notre enclave, je ne fais qu'admirer son ardeur au travail "vite fait bien fait" autant que son sens réfléchi de l'organisation.
Ca bosse, ça chante, ça rit, ça rouspète... mais ça bosse dur !  Chapeau, Messieurs !

Pour illustrer mon propos, j'utilise deux photos : des carreleurs qui, en 1994 procédaient à la pose des nouveaux trottoirs en dalles roses 30x30 après la réfection de l'égouttage de la rue du Touquet, au Bizet.
Depuis lors, ces trottoirs ont été maintes fois meurtris pour la pose d' "impétrants".
Il y a deux ans, rebelote pour la mise sous terre de "l'électricité", tout en faisant disparaitre les fils aériens et les pots de porcelaines isolants accrochés aux façades. De gros travaux que les riverains redoutaient mais qui, finalement, se sont bien terminés par une remise en place tout à fait correcte des lieux.

Aujourd'hui, l'autorité communale s'est mise dans l'idée de renouveler le revêtement des trottoirs : les carreaux sont démolis au marteau-piqueur pour être remplacés par les petits pavés rouge et jaune, aux couleurs de la ville.  Mais est-ce une nécessité ou une lubie ?
Qu'importe, si la dépense est prévue au budget et si cela donne de travail aux gens !
Mais n'y a-t-il pas d'autres trottoirs très fréquentés qui mériteraient plus d'attention que celle qu'on leur réserve !

Pour s'en convaincre, mais avec prudence à chaque pas,  faites le test de la rue d'Armentières et observez !
 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire