samedi 18 novembre 2017

Ils ne sont que de passage !

Oubliée dans mes fichiers mal mis en ordre, voici une photo des Vrais Amis de l'année 1974, probablement.
Difficile de rester indifférent en regardant un tel document.
Je me souviens que chaque année, les messes avec audition de la fête de Ste-Cécile, étaient surtout (et/ou le sont encore) célébrées à la mémoire des membres disparus.
Le "Rétro-Viseur" vous invite aussi  à avoir une douce pensée pour ces percussionnistes... de passage au sein de la société.  Comme tout le monde !


Bonne fête de ste-Cécile ! 

C'est quoi ? cette natte blanche à l'épaule ?

Faut pas laisser les vielles photos dans leur boîte !
Elles témoignent de tant de souvenirs que, si on ne les commente plus, ils risquent de s'oublier à jamais.
Actuellement, la mode est au "devoir de mémoire".  Ne devrait-on pas dire plutôt : "la mémoire se doit de devoir de se souvenir".  Hélas, quand on a perdu la mémoire, est-il encore possible de raconter le passé.
Si, faute de l'avoir écrit, comment la jeunesse d'aujourd'hui pourra-t-elle s'imaginer ce qui s'est déroulé dans son histoire locale ?
Il ne restera que les photos pour montrer comment hier était fait.  Qui étaient là avant ces jeunes pour souffler dans la clarinette, pour jouer du tambour, par taper la grosse caisse,  pour diriger l'orchestre, !
Ste-Cécile, l'Harmonie, Les Vrais Amis, les Concerts, les Défilés....

Les Vrais Amis accueillaient leurs amis, après l'audition de Ste-Cécile

Organisé à Ploegsteert, un grand rassemblement musical... plus possible aujourd'hui. 

Il fallait du souffle. Il en faut encore, aujourd'hui ! 

C'était bien avant l'arrivée des.... T-shirt

Cherchez l'intrus ! 
Un oeil sur la partition, l'autre sur les doigts !  Bon sang, ça n'est pas facile de jouer de la flûte ! 
Cette dernière photo m'a incité à examiner cette fourragère blanche, portée lors du centième anniversaire

Il s’agit d’une cordelette tressée qui se porte à l’épaule gauche de l’uniforme. L’une des extrémités de la tresse a la forme d’un trèfle et l’autre porte un ferret, c’est-à-dire une pièce métallique conique, selon un texte du 21 avril 1916, le ferret de la fourragère est en métal uni, il existe des ferrets ciselés de motifs aux armes ou emblèmes militaires. Au-dessus du ferret se trouvent un nœud à quatre tours et une cordelette. (extrait wikipédia)





vendredi 17 novembre 2017

Premier Concert Cécilien

Ce dimanche, à 11 heures, en l'église Sts Pierre et Paul à Ploegsteert, l'Harmonie Royale des Vrais Amis donnera son concert annuel de Ste-Cécile, sous la direction du chef Didier Loridan, en hommage à l'ancien directeur de musique, feu Gaston Gomane.

Pour revoir d'anciennes photos de cette société musicale, cliquez sur  ma note de 16 novembre 2014, (il y a 3 ans !, déjà) et celle antérieure. Pour ce faire, voyez la colonne de droite : archives, ou bien cliquez ICI pour atteindre directement cette page.

Cela ne doit pas nous empêcher de présenter encore quelques clichés oubliés dont un particulièrement symbolique pour le dévouement et l'assiduité qu'un membre puisse apporter pour sa société. Que ce soit l'ému ou fier "décoré" ou...  l'honorable ou discrète personnalité  qui agrafe la médaille sur le torse du méritant.  Voir l'ami Jeannot épingler une breloque honorifique musicale sur la veste d'un vrai ami cymbalier dévoué aura été sur le moment, un événement exceptionnel !



Au temps de la présidence de Mme Van Uxeem et du mayorat d'Albert Laroye. 

L'école de musique a toujours porté ses fruits : une société intergénérationnelle

La commission. Etait-ce lors de la passation de la baguette de Chef ? 
Un défilé nocturne ?  Etait-ce à Warneton ? 



Ils n'étaient que cinq à être décorés. Tous les autres n'étaient pas de Vrais Amis. 

jeudi 16 novembre 2017

Et vous n'avez pas tout aperçu !!!

Je remets une photo semblable à la précédente. On y voit maintenant les panneaux du fameux "Sens Unique du Bizet" avec la densité du trafic qui passe... à l'ancienne douane.

Mais regardez bien : le boucher du coin s'est vu contraint d'installer un étal sur le trottoir pour attirer le regard du chaland passant qui n'a point le temps d'apercevoir la vitrine trop bien cachée. 

La 3e photo démontre que les temps ont bien changé.


année 1949 (?)







mercredi 15 novembre 2017

De grâce, n'en mettez plus !

Allez, je vous mets encore une louche !
Toujours au même endroit, là où les édiles voisins se rassemblent début septembre pour s'immobiliser quelques instants devant la Stèle des Libérateurs, on peut se demander "Où sommes-nous, ici ?"



Les panneaux indicateurs en tôles prolifèrent tellement que le touriste qui y passe peut se poser bien des questions, s'il a l'intention de se rendre... à Ploegsteert, en Belgique !  C'est simple, non ?
En effet, nous sommes là à l'entrée de l'ancienne commune de Ploegsteert, une mention qui fait défaut aujourd'hui !
On s'aperçoit aussi que l'on quitte la ville d'Armentières. C'est clair.
Mais entre-t-on bien en "België" ? Oui certes, mais sur fond de couleurs européennes!  Et en Wallonie ?  La "Wapi" tient tellement à coeur de se s'appeler ainsi pour ne pas dire "Wallonie Picarde",  pire... de RégionWallonne !  Que nenni !
Certes, un grand panneau jaune indique, en flamand aussi par "énégouvan", que vous pénétrez en Hainaut ! La belle affaire !  Le Hainaut, ce n'est pas tellement par ici ; c'est là-bas, du côté de DiRupo ou Magnette !  Si vous voyez ce que je veux dire !

"On est où, alors ?"
- Vous êtes bien au Bizet !   C'est écrit par deux fois !!! Et attention, le panneau blanc avec la petite église, c'est vous dire : "Vitesse maximum de 50 km/h". Gare à vous !
Quant à notre ville de Comines-Warneton ?  En tout petit, on apprend qu'elle est amie avec deux autres villes anglaise et française.  C'est en effet très intéressant de connaître l'existence de ces deux jumelages.

Quant au grand "P" bleu, annonçant une zone bleue, croyez-vous que l'automobiliste a eu le temps de lire que, ici, au Bizet, c'est 1 H30, et tous les jours de la semaine, et non deux heures comme partout ailleurs !

J'en profite encore pour faire remarquer que derrière ce foisonnement de panneaux, ce cache une petite boucherie qui n'a plus l'énorme chance "d'avoir pignon sur rue", même si son enseigne reste "de la douane".  Mais celle-ci n'existe plus !  Alors, que faire ?
Ce n'est pas tout !
Chapeau aux horticulteurs et jardiniers qui ont embelli nos espaces publics au point de mériter de nombreuses félicitations de la part des  Comino-Warnetonnois et... cinq panneaux "Wallonie en Fleurs (2 seulement) à planter aux entrées de la ville.
Mais celui qui visite notre enclave coincée entre Lys et Flandre, croit-il vraiment découvrir la Wallonie ?
Sur la photo ci-dessous, on aperçoit l'échevin Didier qui applaudit !  Je me demande bien où il le placera cet élogieux placard vert en l'entrée de son village .