mardi 23 juillet 2019

Souvenirs de Sapeurs

Ah !  Nos chers et courageux Soldats du Feu !
Tantôt, j'écoutais exceptionnellement  les info de 13 h sur RTBF quand, soudain, voilà Sacha Daoût (excellent présentateur)  qui prononce le mot de "Comines-Warneton" ! Mon attention, distraite et endormie par cette canicule propice aux apéro, bondit subitement pour apprendre qu'une collaboration encore plus étroite entre les Pompiers de chez nous et ceux d'Armentières est mise en place.
En voilà une bonne nouvelle qui étouffe toutes les autres précédemment lorsqu'il s'est agit de réduire les casernes, leurs moyens, les hommes...  je ne sais pas, je suis mal placé pour en parler, je n'ai jamais rêvé d'être pompier.   Bien que je les encourage !

Pour les mettre à l'honneur sans passer par la case Sainte-Barbe, je vous propose quelques clichés vieux de 20 ans !  A vous de les reconnaitre !   (C'est ça le plaisir du Rétro-Viseur)








Elle aura l'air de quoi ?

Est-ce une photo déjà obsolète du chantier de la place de Ploegsteert ?
Ou bien, peut-on se demander à quoi serviront ces grosses bordures en béton qui ont été déchargées auprès des panneaux indicateurs Le Bizet et Gendarmerie ?
La camionnette Lotto annonce-t-elle le passage d'une course ?
Non, il s'agit d'une photo prise lors des préparatifs pour  les travaux de la création du Rond Point
C'était : il y a 20 ans !


samedi 20 juillet 2019

Une fête nationale... à la mémoire de Gilbert, notre mayeur !

Souvent, j'ai hésité avant de prononcer ce simple et amical "Bonjour, Gilbert" au lieu d'un salut plus révérencieux de "Monsieur le Bourgmestre, bonjour !"
Personne n'est éternel et Monsieur Deleu n'est plus !  Quand l'heure est là, il faut partir. Mais il ressuscitera chaque fois qu'on prendra le temps de penser à lui.
Hélas, mille fois hélas, Gilbert n'aura pas eu l'occasion de nous dire "Au revoir".
Et nous non plus, à part les applaudissements unanimes du Conseil. Pourtant, pendant près d'un semi-siècle, il a veillé et géré notre enclave en bon père de famille.
Durant près d'une trentaine d'années, ceint de l'écharpe mayorale, il a assumé pleinement cette responsabilité et son groupe majoritaire lui a fait une totale confiance, même s'il dut contrer de l'opposition politique. Sans cesse, Gilbert a consacré tout son temps pour Comines-Warneton, au détriment souvent de sa famille dont il dut surmonter de très douloureuses épreuves.

Mais Gilbert fut aussi un infatigable supporter du sport et de l'associatif, un fervent adepte de la commémoration patriotique, un ardent défenseur du patrimoine architectural, ainsi qu'un entreprenant maître d'ouvrage pour la promotion de la ville, l'emploi, les logements, ses traditions et son folklore.

Pour le journal Nord-Eclair, je l'ai souvent rencontré, toujours écouté, bien observé et sans cesse respecté.  Cela m'a permis, avec beaucoup de plaisir, de le croquer, de le modeler, de le taquiner. A-t-il vraiment apprécié ?  Jamais il ne m'en a soufflé un seul mot. Avec son seul  sourire, Gilbert réussissait à transmettre son message... qu'il n'y avait pas de "Pas de problème" !

Pardon, Gilbert, pour toutes ces caricatures empreintes d'une gentille dérision ! Jamais, elles n'ont été méchantes, toujours elles voulaient t'aider dans tes décisions.

Gardons de lui un bon souvenir  !

En 2011, Gilbert, perplexe mais souriant, devant son modelage en terre cuite (future cuisson) .

Son prédécesseur, le bourgmestre D. Pieters lui confie la clef du blason cominois. C'était en 1989
Gilbert aimait lever son verre pour honorer. Ses plus majestueux hôtes furent les Altesses Royales Philippe et Mathilde en 2013 devant le Mémorial. Mais cette photo est un "montage" irréel. 
La caricature permet de révéler des situations ambigües ou difficiles. C'est du Second degré  en 2009!

mercredi 17 juillet 2019

Suis-je un danger public ?

Ils ont voulu limiter la vitesse à 80 km/h sur les "nationales" et les "départementales" pour réduire la mortalité sur les routes !  Chapeau !
En revenant de vacances, sur 800 km... je me suis fait klaxonner à 4 reprises, pour mes excès de prudence, pour une hésitation à un rond-point, pour un péage trop long, ou... est-ce pour narguer ma plaque belge ?
De colère, des Français ont décidé de casser les "radars" !  C'est vrai que cette nouvelle loi routière est d'une stupide aberration au point que les vitesses autorisées varient tous les... 500 m en fonction de tout, ou d'un virage, ou d'un besoin de fric !  Sauf... à l'approche des passages à niveau peut-être défectueux ou si peu visibles ! Dans ce dernier cas, les enquêtes s'en chargent !
En roulant paisiblement, je me disais que tous ces radars, au lieu de déceler les vitesses légèrement excessives, feraient de mieux de repérer les "fous du klaxon !
Et surprise, hier, je reçois une missive de la "République Française" composée de trois formulaires avec un interminable "blabla" ainsi que d'une enveloppe vierge pour y glisser un chèque.
La raison ?  "EXCES DE VITESSE INFÉRIEUR À 20 KM/H PAR CONDUCTEUR DE VEHICULE A MOTEUR - VITESSE MAXIMALE AUTORISÉE SUPERIEURE À 50 KM/H"
Comprenne qui pourra !  Enfin, ça donne du boulot aux fonctionnaires !
Bref, j'ai été pris à du 91 sur une route à 80 !  Et je paierai avec plaisir en contrepartie des accises que la Belgique encaisse de la part des Français qui ne peuvent se priver de tabac moins cher que chez eux ! D'ailleurs, cela ira de mieux en mieux : la Répubique Française envisage d'augmenter encore le paquet de clopes !  Un coup de pouce pour les buralistes !