lundi 18 septembre 2017

Pour qui aiment les souvenirs

Deux photos, anciennes et précieuses, que personne, probablement, n'a jamais vues.
Pour enrichir vos boîtes à souvenirs.
Et si l'envie vous prend d'ajouter un commentaire... n'hésitez pas !

mercredi 13 septembre 2017

Cela se passait sans Vin Donneur ?... Non ! du café !

L'article "Les temps changent..." du 5 septembre  a beaucoup plu. Les chiffres de fréquentation l'attestent. Pour quelles raisons ?  A vrai dire, je l'ignore.
Bien que je ne cherche pas à faire grossir le nombre de visiteurs, j'aime par contre offrir à la curiosité de mes amis, des images "du temps passé", pas si lointaines que cela. Fidèle à mon principe, celui du partage volontiers des souvenirs publics et de la mémoire collective, voici encore quelques clichés pris le 15 septembre 1994 !  Toujours à propos de la visite du Ministre Tamigneaux à Comines-Warneton.












mardi 12 septembre 2017

Resteront-elles, les boules ?

Depuis que cette belle équipe du Service Technique a entamé la réfection des trottoirs des centres-ville de notre enclave, je ne fais qu'admirer son ardeur au travail "vite fait bien fait" autant que son sens réfléchi de l'organisation.
Ca bosse, ça chante, ça rit, ça rouspète... mais ça bosse dur !  Chapeau, Messieurs !

Pour illustrer mon propos, j'utilise deux photos : des carreleurs qui, en 1994 procédaient à la pose des nouveaux trottoirs en dalles roses 30x30 après la réfection de l'égouttage de la rue du Touquet, au Bizet.
Depuis lors, ces trottoirs ont été maintes fois meurtris pour la pose d' "impétrants".
Il y a deux ans, rebelote pour la mise sous terre de "l'électricité", tout en faisant disparaitre les fils aériens et les pots de porcelaines isolants accrochés aux façades. De gros travaux que les riverains redoutaient mais qui, finalement, se sont bien terminés par une remise en place tout à fait correcte des lieux.

Aujourd'hui, l'autorité communale s'est mise dans l'idée de renouveler le revêtement des trottoirs : les carreaux sont démolis au marteau-piqueur pour être remplacés par les petits pavés rouge et jaune, aux couleurs de la ville.  Mais est-ce une nécessité ou une lubie ?
Qu'importe, si la dépense est prévue au budget et si cela donne de travail aux gens !
Mais n'y a-t-il pas d'autres trottoirs très fréquentés qui mériteraient plus d'attention que celle qu'on leur réserve !

Pour s'en convaincre, mais avec prudence à chaque pas,  faites le test de la rue d'Armentières et observez !
 





lundi 11 septembre 2017

Avoir tiré la prise sera peut-être... une solution !

Le cdH en a eu marre : il a osé "tirer la prise" pour remettre cette machine wallonne en marche avec un autre courant ! Des coups de gueule se sont envolés, des porte-feuilles se sont perdus, des ministres néophytes ont pris place dans les fauteuils devenus libres.
 Mais, c'est bien plus compliqué que cela. Car, l' "ancienne communauté française de Belgique", celle qu'on a considéré comme une autre fédération à la fois bruxelloise et wallonne, fait de la résistance en relevant un "défi... écologique" et à la fois... revanchard à l'égard de l'autre grande fédération estimée trop libérale et trop... flamande.
De cet imbroglio démocratique incompréhensible pour les petits citoyen-électeurs cominois que nous sommes, je retiens une chose :
- La redevance télé de 100 € passera à la trappe
- Elle sert à alimenter le service public télévisuel, la RTBF qui a la charge de mettre en place la TNT en région wallonne.
Mais, mais... si la TNT flamande se capte facilement, à Comines, il est impossible de recevoir  la télé francophone chez nous. De même que pour vous.... prononcez VOO.

Espérons que nos représentants élus auront désormais l'audace et l'influence requises pour réussir à doter notre enclave de ces lacunes technologiques.

Voici deux photos d'écran.






dimanche 10 septembre 2017

Pour bien commencer la journée !

Que ce soit dans la presse informatique, sur nos blogs locaux ou au travers de Facebook, les commentaires sont toujours : soit "agréables" à lire parce que cocasses ou révélateurs, soit "difficiles" à déchiffrer et à comprendre parce que…
Une petite copie d'écran pour vous en convaincre :