vendredi 30 octobre 2015

Aah, si les Accords de Schengen n'avaient pas vu le jour !...

Voici une très ancienne photo : celle de l'équipe des Douaniers du Poste frontière du Bizet Belge, autour de leur adjudant-chef, M. Niel Vander Elst !  L'uniforme était de couleur kaki !
Combien étaient-ils pour assurer la garde aux barrières douanières, tout au long de la journée, sept jours sur sept, sans oublier les hommes chargés de la "douane volante",… comme on l'appelait !
Mais, ça, c'était avant la mise en application des accords de Schengen qui, en mars 1995, ont supprimé cette fonction par la libre circulation des marchandises. Depuis lors, à travers l'Union Européenne, les personnes et les choses peuvent entrer et sortir d'un pays vers un autre sans plus beaucoup de  contrôle.
Mais avant…. ?
Je pense à ces douaniers qui, de faction au milieu de la route, arrêtaient toutes les voitures venant de France, pour demander au conducteur qui venait de baisser son "carreau" :
- "Avez-vous quelque chose à déclarer ?"
Une fausse réponse pouvait être fort risquée s'il s'en suivait un contrôle du coffre ! Le douanier, parfois dubitatif, était entrainé aux réactions sincères ou malhonnêtes des chauffeurs. Paniquaient-ils ? Il avait le flair pour repérer les fraudeurs. L'alcool ou le tabac se dissimulaient bien, à l'époque.  N'importe où sous les sièges où sous le manteau ! Sans doute, savourait-il ces instants-là pour trouver la cachette de l'… "emplette" interdite.

Avec le recul du temps, les anciens se souviennent de cette époque qu'ils considèrent plus… comme folklorique qu'elle n'était nécessaire.

La preuve ?   Aujourd'hui, des coffres entier de tabac passent alègrement la frontière virtuelle bizétoise.



mercredi 28 octobre 2015

Ceci n'est pas un ballon de foot !

Et pourtant, cet ustensile, quelque peu délaissé  aujourd'hui des fumeurs invétérés, ressemble fortement à la bottine d'un footballeur shootant le ballon. 

Est-ce une antiquité ?,…
cette pipe achetée, devinez quand…  il y a cinquante ans quand mon poil de barbe commençait à apparaître au menton. Désireux de confirmer mon statut de "citoyen majeur", j'ai bourré quelque fois cette pipe par un geste cérémonieux,  pour ensuite allumer  ce tabac sentant le caramel.  Mais, "fumer la pipe" est tout un art que je n'ai pas réussi à apprécier : le piquant jus de nicotine parvenait à m'irriter la langue !  Vite, j'ai abandonné, en préférant la "cigarette faite avec bout filtre" pour en devenir… esclave au prix payé fort, déjà !   Ignorant des risques encourus par cette manie de "téter ce mégot comme un bébé sa tétine, durant une bonne quinzaine d'années, j'en ai été vachement prisonnier… "addict" comme on dit aujourd'hui !
Heureusement, grâce à une ferme et infaillible volonté d'arrêter de fumer,  j'ai stoppé, comme ça, du jour au lendemain, avec cette saloperie de fumée qui me goudronna  incidieusement les poumons. J'ai tenu bon, d'abord trois heures, puis trois jours, trois semaines, trois mois, trois ans !  Maintenant, depuis trois décennies, je suis fier d'être NON-fumeur !  Et tellement libre !!! 

Ces jours-ci, j'ai retrouvé ma fameuse pipe. 
Mais quelle surprise de revoir la mention y gravée ! Elle est révélatrice de ce que "Le Bizet" a toujours été : un village où les fumeurs sont les bienvenus ; un village où l'on a toujours aimé le foot ! 
C'était ainsi en 1965 !   Ce l'est encore en 2015 !

Permettez-moi de vous fournir une preuve ! 
Outre les crampons sculptés dans la semelle, le fourneau, en bois sculpté, porte une mention gravée à la main : 
LE BIZET   
Qui en fut l'artiste ? Qui osa se risquer à un pareil trophée de fumeur, fier du Bizet, pour le mettre en vente comme "article-souvenir" ?  


lundi 26 octobre 2015

Encore trois vitraux à admirer

J'ignore si la chose vous intéresse, mais si pour peu nombreux que vous pourriez être, il me faut, pour ceux-là, continuer à présenter les vitraux du "Couvent du Bizet."
Il y en avait 12 qui ornaient les fenêtres de la Chapelle.
Lorsque, en 1977,  je décidai de  photographier les différents éléments, un par un,  plusieurs d'entre eux étaient déjà très endommagés. Dommage, car cela voulait dire qu'il manquerait donc des pièces pour assembler ce puzzle exceptionnelet réussir à revoir l'ensemble tel qu'il était.

Trente-huit ans plus tard, j'ai retrouvé ces même négatifs 24-36 que j'ai rephotographiés, puis numérisés, puis inversés les couleurs. Mais, il faut savoir que les  péllicules couleurs sont toujours fabriquées en "plastic" orange,  et donc, le positif offre une dominante "bleue". Grâce à un logiciel tel que "Photoshop", il m'a été possible d'éliminer cette teinte bleutée générale pour arriver, tant bien que mal, aux couleurs que ces vitraux offraient lorsqu'ils étaient en place.

Voici trois magnifiques autre vitraux reconstitués. A vous d'en trouver la scène évangélique représentée.

mercredi 21 octobre 2015

Que représentaient donc ces vitraux ?

Restons en admiration pour ces vitraux qui ornèrent la chapelle de l'Ancien Couvent du Bizet.
Je vous laisse deviner les épisodes évangéliques qu'ils représentent.
Au bas, on peut lire le nom de généreux donateurs pour financer ces oeuvres :
à gauche : la famille Vandewinckele
à droite : Melle Terlinden, de Bruxelles


A gauche : La Vocation des premiers Apôtres
A droite : Jésus enseigne le prière à ses Apôtres : "Seigneur, apprenez-nous à prier"

lundi 19 octobre 2015

Déjà en 1929, le "Couvent" était là !

Deuxième vitrail à voir et à admirer !    Pour ceux que la chose intéresse, bien sûr !
C'est vrai que je pourrais intégrer ces "patchwork" photographiques dans une page FaceBook intiutlée "Si t'es un vrai Bizétois, tu dois avoir vu ça !"

Et si tu n'a jamais connu ces vitraux, c'est l'occasion pour les découvrir !  Car…  (et j'utilise le verbe au présent)… ils existent encore, dans un piteux état, certes, et surtout, ils sont de toute beauté !

Observez la scène que l'artiste-vitrier  a extrait de l'évangile, pour la représenter à travers la lumière qui traverse le verre coloré !  Regardez la finesse des visages coulés dans le verre : du grand art !
Enfin, admirez le médaillon en haut du vitrail, représentant le nouvel alumnat construit après le guerre 14-18.  Cette batisse, aux multiples arcades de briques, est enore telle quelle aujourd'hui !

Ce vitrail fut un don d'une certaine Mademoiselle Terlinden, de Bruxelles, en 1929 !




samedi 17 octobre 2015

Un admirable patrimoine en perdition !

Pourquoi vous ai-je montré quelques anciennes photos de la "Chapelle du Couvent", en insistant sur ses fenêtres, et les vitraux qui les recouvraient ?
Parce que, bien que fort endommagés, ces vitraux réalisés par un artiste, Monsieur Wybo, ont été inaugurés le 15 août 1930.
Ces chatoyant vitraux représentaient des scènes évangéliques qui devaient évoquer la synthèse et la formation de la vie sacerdotale des Alumnistes.

Durant les années 50, ces oeuvres d'art translucides furent démontées de leurs fenêtres par la paroisse et entreposées dans un grenier, en attendant que…
Rien… Que le temps passe.
 Jusqu'au jour où un curé de la paroisse émit l'idée de les vendre… "aux vieux fers", car le plomb est lourd et vaut cher.  Vite, le Comité de Gestion, n'appréciant guère cette proposition,  prit la sage précaution en les faisant mettre à l'abri dans un des ateliers communaux !
Au sein de ce comité, notre ami André P. s'intéressa fortement à ce "patrimoine en perdition"pour tenter de restaurer les éléments cassés.  Un immense travail dont il s'en était fait un passionnant loisir.
Avec l'espoir que  la paroisse St-André puisse, un jour, les revoir et remettre à l'honneur l'un ou l'autre de ces chefs-d'oeuvre qui ont été financés entre autre, par les Bizétois.

Voici le premier vitrail représentant la présentation de Jésus, enfant, au Temple, surmonté du médaillon  représentant le tout premier Alumnat  "des Chateaux".



mercredi 14 octobre 2015

Bientôt, un Exercice d'imagination !

Lors du Cross Inter-Ecoles, j'eus le plaisir de rencontrer l'ami des marcheurs, André Pauwels, dynamique animateur de "Jogging Nature" .
Toujours avec le même enthousiasme, il a parlé des améliorations apportées au "Domaine Paroissial" du Bizet et des projets en vue pour pousuivre la tâche que s'est donnée son Comité de Gestion dont il fait partie.

Hier, il s'agissait de sauvegarder ce patrimoine architectural laissé par les Pères Assomptionnistes, de l'entretenir. Aujourd'hui, il s'agit de le protéger du vandalisme et du temps qui passe. Demain, même objectif avec la volonté de le valoriser encore mieux pour le mettre à la disposition des Bizétois.

Nos photos :
1°) la plus ancienne illustre des patronnés, photographiés autour de leur dirigeant Yvon, milicien, revenu en permission. L'autre photo montre des garçons jouant au basket, déjà, car les panneaux y étaient toujours présents.
Pour décor à ces deux vieilles photos, la chapelle du Couvent dont on aperçoit les fenêtres munies de leur vitrail protégé d'un grillage !

2°) la photo couleur : le même bâtiment de la Chapelle. Remarquez que le préau en béton a disparu. Les vieux vitraux noircis aussi !

Avant de conclure : Imaginez ce que représentaient ces vitraux !
Bientôt, vous pourrez admirer toute leur beauté artistique, si riche en couleurs.

Debout, de G à D : Roger Storme, René Rousé, Yvon Lecourt, Pierre De Witte, Christian Maréchal, Michel Denys, - Accroupis : Jacques Van Massenhove, Gérard De Witte, Raoul Turcq, et x? 








lundi 12 octobre 2015

On y a chanté le grégorien, on y mange en famille !

"Tantum Ergo", "Salve Regina", "Veni Creator"…
Ils ne sont plus nombreux les blogueurs d'aujourd'hui qui pourraient encore fredonner la mélodie grégorienne de ces chants latins qui ont, très probablement, été souvent chantés dans cette Chapelle !
Celle de l'ancien couvent des Pères premièrement construit au Bizet en 1904, détruit en 14-18, et reconstruit en 1924 !
Sa mission : susciter des vocations sacerdotales chez les jeunes garçons français, venus étudier en Belgique, tout au bord de la frontière pour ne pas se sentir trop éloignés de leur France chérie !
Il y a 90 ans, on y a chanté le grégorien.  Aujourd'hui, on s'y rassemble pour festoyer !

La première photo montre cette Chapelle, dans toute sa splendeur, où sont rassemblés les étudiants, agenouillés dans les stalles, vêtus de leur surplis. La fenêtre de droite est encore en vitre claire !

La seconde photo montre cette même chapelle, transformée à l'initiative du dynamique "Comité de gestion du Domaine" en une superbe salle de fêtes,  avec scène, bar et toilettes, pour les réjouissances paroissiales, associatives ou familliales.







dimanche 11 octobre 2015

Si les briques et les arbres pouvaient parler...

Combien d'années séparent ces deux photos ?
Je vous laisse quelques secondes pour deviner !
Vous l'aurez reconnu : il s'agit de l' aile de droite du "Domaine" du Bizet-Belge !
Samedi dernier, une foule de parents et quelques enseignants ont encouragé en s'époumonant à tue-tête les centaines d'enfants qui ont participé au 38e Cross Inter-écoles organisé par l' E.A.H.
Qui a profité des ces instants-là pour admirer la luxuriante nature qui berce  ce prestigieux ancien "Alumnat" où des centaines d'adolescents se sont vus "alumés" pour une vie religieuse ?
C'était quand, ça ?
Vers les années 30 du siècle passé !!!
La deuxième photo montre le même bâtiment qui abritait, à cette époque-là, la Chapelle de ce "Couvent"tenu par les Révérends Pères Assomptionnistes, venus de France !
Dernier détail : Observez les hautes fenêtres !


mercredi 7 octobre 2015

52 ans ont passé ! Comme si c'était hier !

1963 !
Cette année est à retenir : parce qu'elle fut la première, pour le Patro des Garçons du Bizet, à oser s'aventurer d'organiser un "'Camps" en Ardennes.
Le déplacement s'effectua en autobus des Chemins de fer, puis en train jusque l' entre Sambre et Meuse.
L'endroit choisi pour y déposer les paillasses, fut Romedenne, dans une ancienne école désafectée.
L'uniforme de la chemise verte et de la cravatte jaune était bien sûr de rigueur !
Et en plus, faut-il le signaler :  la discipline était unanimement bien acceptée par tous les campeurs.

Voici quelques photos qui éveilleront probablement bien de beaux souvenirs !








 

jeudi 1 octobre 2015

A vos beaux souvenirs en chemise verte !

Comme le temps passe !
Replongeons-nous dans nos vieilles photos "d'il y a 50 ans !"
Au patro, exactement !
Voici quatre documents !  A vous de vous reconnaître ou de repérer l'un ou l'autre copains que vous n'avez plus vus depuis belle lurette !

Le dimanche après-midi, au "Couvent", dans le parc, là où il existe encore ajourd'hui un "bac à sable", Du temps des Pères, cet  endroit était propice à la lecture pour son calme et son aspect buccolique. En effet, le muret entourait une "terrasse" surélevée et surmontée d'une "gloriette" sur laquelle s'accrochait une vigne ou  une déco florale.

Durant les heures du patronage, les enfants, sous la direction de leur dirigeant, jouaient au… Tape-Cul !
Qui peut encore nous renseigner sur les règles de ce jeu avec ballon ?

Une autre photo de trois garçons. Elle vous dit ?