mercredi 31 mai 2017

Une liesse populaire sans... GSM

1982 - 83 ???  Quelle année exactement ?
Encore quelques beaux clichés de ducasses passées, lorsque nous étions une bonne trentaine d'années plus jeunes.  Evidemment, les "moins de 20 ans" ne peuvent pas avoir connu ce genre de festivités-là de la ducasse du Bizet, grâce à un dynamique comité qui s'investissait pleinement parce que les bénévoles y répondaient "présents".
Peut-on imaginer reprendre ces mêmes photos aujourd'hui ?  Impossible : plus d'une personne sur deux seraient silencieuses, socialement absentes, les yeux rivés sur un "smartphone" pour prendre les nouvelles de leurs "amis" tapotant une tablette... sur le trottoir d'en face !







mardi 30 mai 2017

Pour vous donner l'eau à la bouche

Bin oui, rien que pour vous donner l'eau à la bouche à l'approche de la ducasse du Bizet, il me plaît de vous passer quelques anciennes photos d'il y a 20 ans, plus encore quelques vieux documents... ceci à l'attention des nostalgiques.
C'était qui qui soufflaient dans l'instrument,... qui étaient-elle en jupettes ?   Devinez.... c'est tout le plaisir que je vous souhaite !















jeudi 25 mai 2017

On disait : "22,..."

Dernièrement, nous avons pu voir, sur les blogs et les sites journalistiques du coin, que des écoliers de Comines-Warneton s'étaient mués en "policiers d'un jour", pour sensibiliser les usagers de la route à la prudence à proximité des écoles et... éventuellement, les "verbaliser".
On ne peut que "retirer du bon" d'une telle campagne.

Il y a vingt ans, des rapprochements entre les écoles et la gendarmerie existaient déjà. Les gens de la marée-chaussée expliquaient  eux-mêmes leurs missions et leurs responsabilités.  Le but recherché était-il une amélioration de la sécurité pour les citoyens ou une promotion pour du recrutement dans la  profession.  Même Notélé y était présente pour interviewer le commandant de l'époque,  Francis Bruyneel.
Aujourd'hui, ...plus de cachot, plus de bureaux !   C'est Carpe Diem qui est maître des lieux !



mardi 23 mai 2017

Ainsi en étaient les traditions !

Notre ami Walter Vdb nous a fait l'effort de commenter les quelques photos parues dans la note précédente, à propos des fameuses cérémonies des communions solennelles paroissiales.

Et il précise, dans son commentaire : "...Soit, mais en fait, on était là pour faire de nous de parfaits chrétiens, afin de combattre les mécréants...!"
Non, mon cher Walter, permets-moi d'affirmer de n'avoir jamais partagé ce point vue.
Autant, à l'époque, on nous a endoctriné et bourré le crâne pour faire de nous d'autres bons ecclésiastiques, mais jamais l'on nous a poussés à..."combattre les mécréants". Il fallait les fuir, oui,... mais leur faire la guerre, non ! Fous aurions-nous été de retomber dans cette époque peu glorieuse des... Croisades, même si on en a retenu qu'un seul nom : Godefroid de Bouillon !
Par contre, aujourd'hui, grâce aux religions,... j'ai l'impression que l'Histoire se répète !

Allez, merci de votre attention et de votre brève réflexion à ce propos.
Voici encore d'autres photos : les communiants d'alors sont très probablement maintenant : parents ! Je leur souhaite le meilleur pour leurs enfants !  












dimanche 21 mai 2017

Renoncer à Satan, à ses pompes et à ses œuvres.

Cela fait 60 ans que, lors de chaque fête de l' Ascension, je me souviens de ce jour mémorable qui fut celui de ma Communion Solennelle et de ma profession de foi prononcée par  devant Monsieur le Principal Arthur Camerlynck, fondateur du Collège St-Henri de Comines.
Ce fut une fastueuse célébration eucharistique, réglée dans ses récitations et mouvements comme du papier à musique, pour une quarantaine de garçons dont on avait interdit de porter le traditionnel brassard de communiant.  Et encore moins de "robes de communiantes", puisque la mixité n'existait point à l'époque.

Oui, c'est vrai... les  coutumes et les mentalités ont bien changé depuis lors. Garçons et filles pubères sont apparus ensemble à l'église dans un parfum d'encens. Les lourds cierges décorés ont été abandonnés pour approvisionner les bougies de l'autel. Les aubes ont remplacé des "premiers costumes" et les "belles robes en dentelles". Puis les photographes ont envahi les choeurs dans la nervosité des curés. Les silences religieux disparurent pour laisser entendre les brouhahas étouffés des nefs latérales.  Dans mon village, les "communiants solennels" tenaient aussi à "aller à la ducasse" pour, après les convenances familiales,  aller s'amuser follement sur les "scooters".

Aujourd'hui, ces merveilleux souvenirs se font un plaisir de nous revenir à la mémoire. Même si tout ce que je viens d'écrire a presque disparu.
Permettez-moi de vous aider à vous rappeler de vos 6 ou 12 ans.
Peut-être vous reconnaitrez-vous sur l'un de ces déjà très vieux clichés.







mercredi 17 mai 2017

C'était à fond la caisse ! Mais, j'ai essayé !

En 1991, les athlètes de l'Entente Athlétique du Hainaut  ressentirent le besoin d'éditer un périodique dans lequel chacun pouvait y aller de sa plume.
Dans une douzaine, voire une vingtaine de feuilles photocopiées et rassemblées, on pouvait y lire toute la motivation qui animait le club : du mot du Président aux résultats des compétition de piste, en passant les humeurs et les bonnes blagues des sportifs aux spikes.
"A FOND LA CAISSE", tel était le titre de cette revue éphémère à laquelle j'y ai aussi participé.
Comment ?  Pourquoi ne pas essayer de réaliser une bande dessinée sous forme de feuilletons.
Le plus difficile fut de trouver une histoire, plausible, humoristique et... un brin satirique.

Il faut préciser qu'à l'époque, (il y a 25 ans !) les relations entre l' E.A.H. et l'Autorité Communale dégageait parfois quelques étincelles, surtout à propos de la lenteur pour la construction du complexe sportif et, en douce, de la concurrence entre le club d'athlétisme de Mouscron-Comines et celui du Bizet.
Avec le recul du temps, les citoyens Bizétois auront pu se rendre compte qu'aucune cérémonie inaugurale n'aura été organisée.  Pas de pose de première pierre, pas d'ouverture officielle, certainement pas de "verre de l'amitié" qui aujourd'hui, coule à flots et en toutes occasions.

Cette ambiance m'a inspirée, en 1991, pour imaginer une histoire fictive que j'ai dessinée en épisodes successifs.   Ce n'est qu'en 2017 !!!  que je retrouve ces  planches que je me suis mis à "coloriser"

En cliquant sur l'image ci-dessous, vous pourrez atteindre cette BD,.... hélas inachevée, pour cause d'arrêt de parution de A FOND LA CAISSE.

 Cliquez sur l'image pour voir toute la BD inachevée

lundi 15 mai 2017

Du "Couvent" à la piste en tartan !

Dimanche prochain, l' Entente Athlétique du Hainaut, entendez par là, le club EAH d'athlétisme du Bizet vous propose et vous invite à son barbecue traditionnel du printemps.
Depuis combien de temps la population est-elle invitée  régulièrement à venir mettre les pieds sous la table, pour  (faut-il le dire pour être honnête) renflouer quelque peu la trésorerie de ce club sportif ?
Pour y répondre, inutile de compte en lustres, mais bien en décennies !
Allez, afin de vous aider, voici quelques photos sur lesquelles vous reconnaîtrez facilement de nombreux visages... qui aujourd'hui ont pris, c'est vrai, quelques rides !  Faut remonter loin pour se souvenir de l'Oasis Le Bizet ou d' Hainaut-Sport !

Pour encourager les dirigeants,...et applaudir leur ténacité !








vendredi 12 mai 2017

Les saisons se suivent et se ressemblent-elles ?

Mes anciennes photos, vieilles d'une vingtaine d'années, rappelant la vie du foot ploegsteertois semblent bien vous plaire, amis lecteurs du "Rétro-Viseur".
Alors, ne nous en privons pas…. j'en ai encore quelques unes concernant des  jeunes avec… bien sûr et depuis toujours… parmi eux,  un vieux dont je vous laisse de qui s'agit-il.





mercredi 10 mai 2017

Et si l'on faisait honneur aux dames ?

Et si l'on faisait honneur aux dames ?
J'ai retrouvé quelques clichés relatifs aux foot-balleuses de l' USPB lorsqu'elles étaient vingt ans plus jeunes.  
Elles posèrent pour la photo, quelques minutes avant un match ou… au cours d'un défilé de ducasse. A voir les frimousses, l'ambiance y était !
Pour leur bon plaisir de se revoir… en sportives motivées !




mardi 9 mai 2017

Reprenons nos petits retours en arrière !

L'année scolaire, tout doucement, arrive à son terme : les écoliers seraient-ils encore capables de chanter "Vivent les vacances, plus de pénitence, les cahiers dans le feu, la maîtresse au milieu".
Aujourd'hui, le jeu des selfies ou les clips vus sur smartphone ont pris le dessus, au détriment de ces vieillles  traditions d'un autre temps. On y vivait des fancy-fair, des visites de parents,
Les clichés ci-dessous datent des années 1996 - 97 !
Pour le plaisir de vous revoir, peut-être !