dimanche 27 novembre 2016

L'écharpe en cache-nez !

Elle fut la première des dames, victime à être croquée, en 1991,  exactement, lorsqu'elle devint échevine pour succéder à Albert Casier, doté d'une écharpe scabinale dont il ne s'est jamais ceint l'abdomen et ce,  en vertu de ce fameux statut spécial imposé à la sseule ville belge francophone de la rive gauche de la Lys.
Vingt ans plus tard, la représentante élue des citoyens, Chantal (ce n'est pas un prénom d'emprunt) est toujours là.
Comme j'ai un défaut qui se résume en ces quelques mots : "Je m'amuse de ce que je vois"… une "N-ième" caricature de notre échevine m'a incité à la représenter, souriante, avec son écharpe autour du cou.  Elle en aura d'ailleurs bien besoin : la météo du Gheer nous annonce une vague de froid toute proche !  Ainsi, la gorge bien protégée, elle pourra acclamer "St-Nicolas" et saluer les Mountches sans risquer le gros rhume de poitrine. Encore que, si elle devait en tomber malade (ce qu'on ne souhaite à personne) … ses attributions scabinales n'en seraient aucunément préjudiciées.



mardi 22 novembre 2016

Un précieux commentaire de l'Echevin Didier

A la suite de ma note préccédente, concernant les Moutons de Soay qui brouteront bientôt au Touquet, à la sortie de cette fameuse "route-express", notre ami Didier, échevin, a tenu à donner quelques précisions concernant cette installation animale.

En voici le texte :

"Et non, Michel, bien que je sois bien souvent sur la même longueur d'onde que Philippe, que j'apprécie aussi, l'idée ne vient pas d'Ecolo. Cet endroit à été clôturé parce que nous y avons amené des terres polluées par des renouées du Japon. Ce sont des plantes invasives qu'aucun produit n'arrive à supprimer et quand on l'a dérangée elle s'enfouit très profondément et peut ressurgir à plus de 7 m plus loin. La solution est de la confiner dans un espace où elle ne peut s'échapper. Les moutons broutent les rejets et la plante fini par mourrir d'épuisement. Plutôt que de laisser cet endroit à l'abandon, comme il était confiné, j'ai proposé d'y faire cet expérience. Nous la ferons également dans les espaces libres près du cimetiére de Comines."

Soit !

Mais les mots "terres polluées par des renouées du Japon"… Ca m'a bizarrement intrigué. Vite, j'ai consulté Wikipédia et… surprise : Si cette plante est réputée pour ses propriétés médicinales en Asie, elle semble être une réelle calamité par chez nous ! Elle envahit, elle ronge, et …

Si vous souhaitez en savoir plus :

dimanche 20 novembre 2016

Du temps à ne pas mettre un chien à l'cour !


Les ingénieurs avaient-ils prévu la naissance d'un joli petit étang au centre de la bretelle de sortie de la RN58, vers Le Bizet ?
L'excavation des terres pour former les talus de descente se sont naturellement remplis d'eau. Les amateurs de pêche du Touquet s'en sont réjouis : un petit plan d'eau tout à proximité où ils pourraient, sans permis, y aller taquiner le goujon.
La Réserve Naturelle de Ploegsteert ne se situant qu'à un ou deux hectomètres, des canards colvert y ont repéré l'endroit sympa pour y trouver de la pitance laissée par les "péckeux étrangers"" de plus en plus nombreux.  Ce qui ne fut pas sans agacer les petits riverains qui s'étaient organisés pour rendre les berges de ce petit étang bien accueillant.  Des doléances remontèrent jusqu'à la permanence du bourgmestre qui décida le remblaiement de ce plan d'eau.  Des camions vinrent remplir le "trou" de gravas, bricaillon, terres inconnues, blocs de béton… que sais-je encore.  On y planta des panneaux "acces interdit" ce qui rendit le site comparable à une décharge matériaux inertes, peut-être  de classe 1.
"Plus tard, on va y aménager un espace vert de convivialité" pensait-on à la Commune.

Là, notre conseiller communal écolo, ne manqua pas de se révolter contre cette agression à la faune et la flore de ce lieu si buccolique.  De frousse, par manque d'eau, les poules d'eau et les canards ont disparu. Les pêcheurs ont déserté leur étang.
Mais, quelques années ont passé et voilà qu'aujourd'hui, une cloture de grillage de 2 m de hauteur a été installée. Un bulldozer y est venu répandre de la "bonne terre" pour aplanir le terrain. L'herbe y poussera !  Et… et…. une affichette renseigne que cette future prairie sera réservée à des moutons de Soay.
J'imagine que notre ami Philippe, grand défenseur de l'environnement et des zones humides de notre enclave, va s'en réjouir.   Que l'idée vienne de sa part, cela ne m'étonnerait pas.
Pour une fois, on l'aura écouté !

pour en savoir plus : un lien : le mouton de l'île de Soay. 

lundi 14 novembre 2016

Mais quel changement ? !

En mai 2006, sur mon blog "Blogspirit" j'écrivais :
"Me permettrai-je de dire que du Delvaux sans ses trains suant dans la pénombre, ses femmes nues aux grands yeux bruns, sans les perspectives parfaites ou les encore les squelettes ne serait pas du Paul Delvaux.
Jacques Vandamme baigne dans un autre surréalisme, plus rêveur, plus coloré : celui du bleu, avec ses profils de femmes parfaites et impassibles, ses longs coliers de perles minutieusement rendues une à une, ses fleurs qui enlassent ces corps dénudés. C'est du Vandamme !"


Aujourd'hui, 10 ans plus tard, notre artiste local, octogénaire toujours bien alerte, a progressivement changé son regard sur son art : la nécessité de se souvenir et le besoin de sourire.
Que veux-je dire par là ? A ses toiles, il ajoute ses poèmes en spectacle son et lumière. A ses dessins, il se prend plaisir à …. croquer.
La caricature… Un art tellement amusant et rapide qui, c'est vrai, demande un vrai sens de l'observation.
"Allez, je vous souhaite encore beaucoup de plaisir, Monsieur Vandamme !" 



dimanche 13 novembre 2016

Fan de Sa Majesté !

15 novembre !  Le calendrier de mon assureur me renseigne qu'il faut fêter les Albert.  Non, non, pas le joueur de foot !  Le premier, de deuxième…Il n'y a pas de troisième.  Celui qui les remplace maintenant se prénomme Philippe.  Mais, souvenir de collégien, j'ai retenu que …"C'est la fête du Roi !"
N'y a-t-il pas eu, dans le passé et dans notre ville, des Te Deum chantés à gorges chaudes par tous les écclésiastiques du doyenné ?  C'était vibrant, solennel ! C'était à l'honneur de la Dynastie Belge.
Aujourd'hui, j'ai pensé à mon ami l'ancien facteur qui est toujours aussi passionné par les faits et gestes de la Famille Royale. Un bel hobby, c'est vrai, qu'il concrétise pas une impressionnante collection de documents exclusifs.
Par sympathie et amitité pour Didier en ce jour de fête… vous l'aurez reconnu !

mercredi 9 novembre 2016

Au Mérite Sportif, il mériterait….

Aura-t-il bien repassé les plis de son kilt pour participer à son 36e Semi-Marathon du Souvenir !
Voila, louons cette fidélité sans faille pour une simple course à pieds qui au départ n'était que de la dilettante hivernale pour courreurs cyclistes, devenue par la suite, et au fil des ans, une formidable manifestation commémorative du sacrifice de tous ces jeunes britanniques venus mourir sur nos terres argileuses, en 14-18.
A Ploegsteert, le 11 novembre, sur le coup de 11 heures, lorsque les joggeurs prennent le départ, chacun aime voir passer notre ancien maréchal de logis, arnaché comme ces soldats l'étaient dans les tranchées de Plugstreet. Depuis le début, il a troqué le képi pour le casque anglais, le carnet à PV pour un vieux flingue, et le pantalon à bretelles pour la traditionnelle "jupe" écossaise.
Faut bien le reconnaitre, Yves Mac Powel a indéniablement contribué à sa manière au succès de cette course du souvenir.  Pour l'en remercier, lors de ses passages, le public, s'il l'aperçoit dans la foule, devrait tout simplement l'applaudir.
En tout cas, moi, je le ferai en hélant  le nouveau porte-drapeau :"Vas-y, Yves"


dimanche 6 novembre 2016

La bénédiction suivie de l'absolution !

Des objets bénits ?  En voulais-je ? Les voici ! Al'époque de "Monsieur Albert", le curé a béni mon premier petit chapelet de 1ère communion. Puis, il oignit mon missel pour la grande. Par la suite, ce fut les mêmes gestes pour mon premier vélo avec une sonnette gravée au "Regarde St-Christophe, et va-t'en rassuré". En 67, ce fut la  maison louée auprès de "la Lys" suivie de ma première bagnole !
Il fallut aussi que jeunesse se passe en étant aussi témoin de la bénédiction des champs aux Rogations, des cierges à la Chandeleur, du buis aux Rameaux, des tombes à la Toussaint, du pain à la St-Hubert.
sans oublier aussi l'eau des Bénitiers ou des fonds baptismaux.
Ai-je fait le tour ? Non, car je n'oublie pas les animaux. Mais je n'en ai jamais possédé. Donc j'ignore le besoin de les faire bénir. Quoique quand on aime, on y compte beaucoup.  Et la bénédiction est une forme de tendresse, de confiance et d'espoir.
Donc, tant qu'on y est, on peut tout bénir ! Même du mobilier ?
Et pour être fidèle à mon habituelle manie humoristique, j'ai tenté un dessin difficile, légendé par un superbe jeu de mots, et dont j'en espère recevoir l'absolution. Qu'elle provienne de la fabrique d'église, du doyen ou même du cardinal.
J'en demande Pardon !  Mais ce n'est pas bien méchant !




samedi 5 novembre 2016

Vent du Gheer, un vent du globe !

Le stress doit être à son comble, aux Sables-d'Olone, à l'occasion du départ du Vendée-Globe !
Tous les bons climatologues se sont donné rendez-vous pour conseiller les skipper qui partiront dimanche, pour faire le tour du Globe, en solitiaire,  à bord de leur embarcation naviguant au gré des vents : un périple de plusieurs semaines,... non pas sans risques !
Quelles sera la direction des courants, des vents ?  Avec quelle force ? Une vitesse à combien de noeuds ?  Quel sera l'itinéraire de ces audacieux navigateurs qui feront le tour du monde ?
Ce sont autant de questions que je n'ose m'imaginer… car…. reviendront-ils tous ?

La rédaction de ce petit article, je l'écris en pensant à notre météorologue local qui, d'ici ou là-bas, doit scruter le ciel… et son ordinateur, pour nous prédire le plus justement possible "le temps qu'il fera demain".
Un petit dessin, déjà vu, mais mis en couleurs pour contrer la grisaille qui nous déprime !


Plus bas, je me permet aussi de reprendre une illustration de notre hémisphère sud qui indique le voyage du
"Vent des Globes"….
Vendée - Globe !!!


mardi 1 novembre 2016

Le "pierrot" local à revisiter !

Les blogueurs locaux contribuent-ils au dynamisme économique de notre enclave ?
Assurent-ils en suffisance l'information des citoyens ?
Participent-ils à l'écriture de l'histoire de notre ville ?
Doivent-ils photographier à outrance toute la vie locale ainsi que tout ce qui bouge ?
Sont-ils nommés par une autorité ?  Ont-ils des obligations ? Pourrait-on se passer de leurs missions ?

Mais que serait notre commune frontlalière, coincée entre France et Flandre, si loin de la Wallonie beaucoup plus préoccupée par le Ceta que par nos doléances ?
Tandis que l'Autorité Communale "réfléchit" à rebooster le commerce local et tant d'autres aspects, elle pourrait proposer la création d'un plat du jour "gastronomique" aux ingrédients locaux.
Ca pourrait faire un tabac, non ?   Notre narcissique mayeure n'hésiterait pas à vous le présenter.