lundi 20 mai 2019

Il y en avait combien ? Des Poteaux ?

Voici quelques photos d'un dangereux carrefour qui bénéficie encore et toujours d'une priorité de droite.  Là où la rue Duribreu reçoit la rue Dumez et la rue des Quatre Poteaux et se poursuit par la rue Marcel Wramour, en France.
Ce lieu-dit a toute une histoire. A commencer par l'érection de ses gros pieux cylindriques  en béton,  pour ensuite se souvenir des jeux de cache-cache organisés par les douaniers postés à l'affut des fraudeurs, sans oublier l'épique anecdote d'une tentative de leur démolition en pleine nuit.
On pourrait ajouter les  nombreuses et interminables tractations pour leur suppression lors de l'avènement de l' Europe !  Bizet Belge était demandeur, Armentières refusait !...

La rue Duribreu, reconstruite après-guerre.  Les poteaux ne sont pas encore plantés et la rue était très commerçante. 

Un jour quatre Poteaux ont coupé la route. Plus tard,  trois sont venus s'ajouter pour barrer les a-côtés.  Passage interdit des voitures !

L'épicerie Debailleul-Heyte qui commerçait à gauche et le café de droite, ont fermé boutique. 

Google est passé par là pour prendre cette photo. Remarquez les les poteaux d'extrème-gauche et extrème-droite sont restés.

Cette photo nous est proposée par Mme Christiane Seynaeve avec son petit-fils posant entre les poteaux.
La vue est orientée vers la France, rue Wramour.

3 commentaires:

  1. Encore une bouffée de nostalgie...c'est par les 4 poteaux que mes parents me disaient de passer quand ils m'envoyaient chercher du vin chez Notteau au Bizet-France. Les douaniers ne contrôlaient que très peu les enfants et les adolescents.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Je fais une tête de plus que ces poteaux! J'avais 4 ans sur cette photo, je ne l'avais jamais vue!

    RépondreSupprimer