lundi 21 mars 2016

Merci pour tout !

Le décès inattendu de Mademoiselle Marie-José vient de plonger la paroisse St-André et tout le village du Bizet dans une profonde tristesse aussi discrète, comme l'était la défunte.
Elle fut ma première "maîtresse d'école" lorsqu'elle "commença à enseigner au Bizet" et à s'occuper des bambins que nous étions en gardienne.
Je l'entend encore, nous accompagnant au piano, lorsque nous chantions "Il était un petit navire" ou bien  "Il était un petit nègre, dans un lointain pays"….  sur la scène de la salle de théâtre qui devint par la suite,… la Maison du Peuple.
Certes, chaque Bizétois pourrait raconter moultes anecdoctes pour mettre en évidence la forte et douce personnalité que fut Mademoiselle Marie José.
Son dévouement pour la paroisse, pour la bibliothèque, pour l'Ouvroir Missionnaire, pour son école était sans limite. Le Bizet lui doit beaucoup.
Ma dernière conversation date d'une rencontre chez le boulanger, il y a à peine une quinzaine. Elle souriait radieusement à m'entendre
- "Au revoir, Mademoiselle, et surtout… Portez-vous bien ! "
J'aurais dû ajouter : … et Merci pour tout !

A droite de la photo qui date de 1988.

2 commentaires:

  1. SOUVENIR D'ENFANCE
    Cette photo me fait rappeler que c'est Michel Dekee qui est au milieu avec ses cheveux blancs, instituteur à l'école des garçons du Bizet. Sa prise de fonction à commencé le jour même de mon entrée à ladite école, en 1948 ? Monsieur Michel était un cousin de notre papa et venait tous les jours d'école prendre son repas du midi à notre maison, et toi Michel, mon petit frère, tu devais avoir 3 ou 4 ans, tu l'appelais "Madame" car il portait en permanence son long tablier d'instituteur, ce qui te trompait.
    Pierre, ton grand frère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est juste... et je m'en souviens ! Etait-ce déjà mon goût pour la dérision ?

      Supprimer